[Baromètre] : Où en est la communication d’entreprise ?

L’Union des annonceurs et Entreprises et Médias et Harris Interactive ont publié ce baromètre au sujet de la communication d’entreprise.

Ce 8e baromètre permet de :

  • dresser un état des lieux de la communication d’entreprise en 2016,
  • donner à chaque dirigeant de la communication, la possibilité de comparer ses pratiques à celles de l’ensemble des entreprises,
  • détecter les grandes lignes de la communication de demain.

Que faut-il retenir ?

Domaines de responsabilité

Le baromètre proposait 19 domaines de responsabilité parmi lesquels les répondants étaient amenés à identifier ceux qui étaient pratiqués par leur entreprise et ceux dont ils avaient la responsabilité exclusive. Ils en ont retenus en moyenne plus de 14. Pour 9 entreprises sur 10, les relations presse/médias, la communication événementielle, la production de contenus, les conversations sur le web, la veille et l’analyse de la réputation et l’élaboration d’une stratégie globale de communication, figurent parmi ces domaines. A l’inverse, on note que seule une direction de la communication sur deux gère les affaires publiques ou la communication financière et les relations avec les actionnaires.

 

Communication de crise et taille de la structure

On note que grandes et petites structures ne disposent pas des mêmes atouts face aux crises. Si presque toutes (88 % des petites, 97 % des grandes) gèrent des dispositifs de veille et d’analyse des médias, en revanche seule une petite structure sur deux a instauré une procédure de gestion de crise (vs 94 % des plus grandes).

 

KPI

Les KPI (indicateurs) les plus utilisés sont :

  • les indicateurs de visibilité (nombre de retombées)
  • les indicateurs de relation online (référencement, nombre de visites)
  • les indicateurs online d’attachement et d’interaction des publics (nombre de likes, commentaires, retweets)

 

La place du papier dans la communication

Face à la montée de la vidéo (utilisée par 97 % des directions), des événements internes (utilisés par 93 %) et externes (utilisés par 91 %) et de la participation à des salons (utilisés par 92 %), l’utilisation de supports papier recule nettement, à l’instar des journaux externes papier (utilisés par 26 %, mais de moins en moins pour la moitié des directions).

 

Missions prioritaires

D’ici 3 ans, la priorité des dircoms est :

  • protéger et développer la réputation de l’entreprise
  • faire comprendre la vision et ambitions de l’entreprise
  • contribuer à créer de la valeur et à favoriser le business de l’entreprise
  • créer de la fierté d’appartenance en interne

 

Retrouvez plus d’informations sur cette étude en cliquant ici.