La communication interne et le bad buzz – l’enquête de Reputatio Lab

 

Communication interne et bad buzz sont-ils liés ? Quels sont les impacts d’une crise en interne et comment soutenir les organisations qui en sont victime ?

 

Nicolas Vanderbiest a publié sur son blog Reputatio Lab les résultats préliminaires de son enquête sur les communiquants et le bad buzz :

Grande enquête : le communicant et le bad buzz – Reputatio Lab

 

 

On y apprend notamment que près de 46% des répondants affirment avoir vécu une crise et que celle-ci a eu un impact sur la vie interne de l’organisation (31 %) ou sur la réputation de l’organisation (48%).

Lorsqu’une crise survient, il n’y a pas que les communicants externes qui doivent être sur le pied de guerre. La communication interne doit également soutenir l’organisation qui vit le bad buzz.

L’entraînement est alors souvent le meilleur moyen pour l’équipe de se remémorer des principes simples mais parfois oubliés :

  • communiquer d’abord en interne puis en externe
  • s’assurer d’avoir construit dans le passé une policy médias sociaux guidant les collaborateurs sur ce qu’ils sont encouragés ou découragés à partager
  • utiliser les canaux les plus appropriés pour une communication urgente et s’assurer que tout le monde y a accès
  • exploiter le canal mobile (SMS, messagerie de type what’s app, réseau social d’entreprise tel que yammer, chat d’entreprise comme skype for business,…)
  • s’assurer en amont que les listes téléphone sont à jour si l’on souhaite communiquer par smartphone
  • vérifier que tous les collaborateurs seront informés via le système de cascade
  • prédéfinir quels messages clé (déjà traduits si le contexte est bilingue) pour gagner du temps lorsque la crise survient
  • garantir l’accès à un environnement collaboratif (yammer, jive, facebook work,…) pour que les équipes puissent s’auto organiser, se soutenir et pour répondre aux questions

 

Si cette étude vous intéresse, il est encore temps de répondre à cette enquête en cliquant ici.