Comment attirer et garder les jeunes dans les entreprises ?

Comment attirer les jeunes ? Et comment les garder ? Comment les utiliser comme levier de transformation ? Dans cet article du Monde Les « digital natives » changent l’entreprise Valérie Segond s’interroge sur le rapport des générations Y et Z à l’entreprise. Elle présente les caractéristiques de cette génération : attrait pour les réseaux, importance accordée aux valeurs, impatience, etc. Elle esquisse également des pistes de solutions pour attirer et garder les jeunes dans les entreprises.

La tribu comme attribut

Pas facile d’enfermer cette génération dans un service, pris au piège dans un silos hermétique : les digital natives aiment vivre en tribu, échanger et expérimenter. Voilà clairement l’impact d’avoir grandi avec internet et les réseaux sociaux.

Génération Dolto

Il y a dans les digital natives ce soucis du monde de demain, cette nécessité de vérifier que les actes de l’entreprise sont en phase avec les valeurs qu’elle affiche.

Une forte propension à l’impatience

Autre caractéristique des digital natives : l’impatience. Si un projet n’est plus assez inspirant ou valorisant il y a un risque de démotivation et de démission. « Chez Facebook, pourtant l’icône des jeunes, la rotation du personnel à l’échelle mondiale frôlerait aujourd’hui les 30 %, car les jeunes salariés sollicités par d’autres entreprises du numérique partent sans difficulté vers les plus offrants. Partout, le turnover de cette génération, s’il varie selon les postes, dépasse souvent les 20 %. »

Quelles solutions pour les digital natives ?

L’entreprise doit donc veiller à répondre aux besoins de cette génération, notamment le feedback régulier, l’autonomie, le leadership d’influence ou encore l’autonomie.

Mais c’est également toute l’entreprise qui doit se redéfinir.

« Les grands groupes construits sur un empilement de strates hiérarchiques et des silos hermétiques ont du souci à se faire », avertit Sophie Guieysse.« Il y a trop de strates qui allongent les circuits de décision, reconnaît Sébastien Bazin. Il faut aplatir les organisations en développant le travail en mode projet. »

Différentes générations au travail

La question des préférences propres a chaque génération a été abordée par Saskia Van Uffelen dans son livre Tous « patron » ! : De la coopération entre quatre générations.

Elle fait aussi l’objet d’une réflexion dans la dernière vidéo de G2NL Mag :

 

Voici en image quelques pistes :

2d4926eae07d292c6a177c3f48c6f8b1